La Race Bovine Namponnoise

2012 photographie d une vache de race namponnoise

Si on se dirige, d’un côté, de Dunkerque à Boulogne, Montreuil, Abbeville ; de l’autre, vers Arras, par Saint-Omer et Béthune, on voit la race flamande éprouver quelques modifications qui lui ont, sur le premier point, fait donner le nom de sous-race « boulonnaise », et celui « d’artésienne » dans l’ancienne province d’Artois, quoique les deux sous-races se confondent fréquemment entre elles et la race mère ; la sous-race boulonnaise, toutefois, est d’une taille et d’un poids moins élevés ; ses formes sont plus grêles, plus anguleuses ; cependant le ventre et les flancs sont développés ; la croupe et les reins larges et secs, le pis volumineux, indiquent de bonnes laitières ; la robe, également rouge ou rouge brun, est moins unicolore ; le corps est plus près de terre ; le régime et la bonté des pâturages établissent, sous le rapport de la taille et des formes, des différences nombreuses.

Les marchands donnent le nom de « bournaisiennes » aux boulonnaises élevées du côté de Desvres, Samer, Hucqueliers, Fruges, petite contrée anciennement connue sous le nom de « Bournais ». C’est à cette variété qu’appartient surtout le portrait qu’on vient de tracer ; on désigne encore sous le nom de « namponnoise » la variété boulonnaise de l’arrondissement de Montreuil, surtout vers la vallée de l’Authie ; Nampont est un village situé à quelque distance de l’embouchure de cette rivière. Vers Boulogne, Marquise, Calais, la race se confond davantage avec la race flamande pure.

On appelle aussi bœufs « Nemponnois » les bœufs élevés dans tout l’arrondissement de Montreuil.

Img 1612

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site